Suite aux meetings obligatoires du Parti Communiste Roumain, les discours officiels de Ceausescu étaient publiés en première page des journaux. Entre parenthèses, les réactions de la salle étaient notées : « Aplauze », « Animatie, aplauze prelungite » ou « Urale vibrante ». L’installation confronte la gravure d’une photographie de presse aux tirages de ces didascalies isolées. Elle déconstruit et rend inopérante la mise en scène du pouvoir.
À partir d’archives du projet Arhiva Minerva, en collaboration avec Casa Tranzit, Cluj-Napoca (Roumanie)

16 photogrammes argentiques, photo d’archive transférée au trichloréthylène 21×15 cm, et texte 21×29,7 cm, 2015