collection, work-in-progress depuis 2013, 811 pièces à ce jour

L’Atlas bellone est l’archive de mon investigation sur la mémoire collective dans des musées de guerre et des lieux de souvenirs. J’y récupère des traces matérielles, produites par l’industrie touristique : prospectus, ticket d’entrée, médailles souvenir, magnets, briquets, crayons, porte-clés, etc. Je les numérote méthodiquement, les classe dans des départements et les conserve. En consignant méticuleusement ce qui n’est pas censé l’être, l’Atlas bellone interroge les « traces » de l’Histoire et les enjeux politiques et économiques liés à leur mise en valeur. On peut se demander si ces objets qui décorent, s’utilisent et se consomment, cherchent à réactiver la chose de la guerre plutôt qu’à incarner une idée commémorative, entre fascination, nostalgie et hommage. Photographiés, reproduits, présentés, activés, j’emprunte aux codes de la photographie de mode ou publicitaire pour donner à voir ma collection. Les événements historiques célébrés et le moment où « j’y suis allée » se chevauchent ; les géographies se mélangent. Ces assemblages et protocoles conceptuels, mettent en lumière la transformation de l’Histoire et du Patrimoine en objets touristiques.

Aujourd’hui, elle comporte 811 pièces, collectés dans 17 pays et 45 villes traversées. Ce projet prend différentes formes en fonction des contextes dans lesquels il est montré : il donne lieu à plusieurs protocoles de prises de vue pour s’exposer.

Le théâtre des opérations

À ce jour 30 photographies, 24 x 36 cm, tirages numériques sur papier affiche, work-in-progress depuis 2018

Inventaires choisis

À ce jour 43 photographies couleur, work-in-progress depuis 2014



Index chronologique

Édition de 644 pages, 16,5 x 24 cm, 2020