En reprenant l’expression « pré carré », initialement attribuée à un concept de Vauban pour définir la ligne de fortifications qui dessine la frontière du royaume au 17e siècle, Anaïs Marion invite à se pencher sur les liens qu’entretiennent le patrimoine militaire et la végétation. Inspiré du cabinet de curiosité, de l’herbier et de la cartographie, Le pré carré mêle échantillons de collecte, impressions numériques, documents d’époque et techniques de tirage anciennes, notamment le cyanotype viré à la ronce – plante bien connue pour marquer des délimitations. Utilisées pour camoufler, soigner ou piéger, les plantes réinvestissent ainsi ces terrains désarmés dans le paysage d’aujourd’hui. 

Installation in situ pour l’Ancienne école de médecine navale – Musée national de la Marine de Rochefort pour l’exposition L’archipel des sentinelles.