Projet Mégalomania

Mégalomania est un projet itinérant qui se déploie en 2022 le long du littoral néoaquitain. En prenant l’inventaire des vestiges du mur de l’Atlantique comme prétexte à un itinéraire de Hendaye à La Rochelle, Mégalomania engage une réflexion sur la documentation des espaces amenés à disparaître et l’érosion des paysages. Les nouvelles défenses contre la mer, ces ouvrages colossaux qui côtoient les blockhaus de nos plages, tentent de ralentir l’érosion et matérialisent la nouvelle bataille qui se joue sur la côte. Cette recherche à la fois visuelle et documentaire est pour l’instant donnée à voir sous la forme de lectures – performances : un texte à la première personne accompagne les manipulations d’images qui construisent plusieurs tableaux au fil du récit. 

Mégalomania est lauréat de l’appel à projets Coopération création et territoire 2021 et est soutenu par la Région Nouvelle Aquitaine. Il reçoit le soutien du CPIE Littoral Basque et sa résidence d’artiste Nékatoenea, du Conservatoire du littoral, du Second Jeudi (Boucau), de la Maison de la photographie des Landes (Labouheyre), des laboratoires EPOC et Ausonius (Bordeaux), du centre d’art Captures (Royan) et du Centre Intermondes (La Rochelle).

Avril 2022

Bruno Castelle, du laboratoire EPOC (Université de Bordeaux) m’a donné l’opportunité de suivre son équipe en 4×4 et en quad pour le levé printanier du trait de côte. Chaque année, un relevé GPS réalisé au pied des dunes permet de cartographier très précisément l’évolution de la côte. Il est réalisé au printemps et à l’automne, avant et après les tempêtes de l’hiver. Nous avons constaté cette année que le littoral a été relativement épargné après un hiver très doux, sans tempête violente.

Mai 2022

Rencontre de l’équipe d’archéologues du laboratoire Ausonius (Université de Bordeaux) sur la plage de L’Amélie à Soulac-sur-Mer. Florence Verdin et la doctorante Camille Culioli y fouillent un site Néolithique. L’érosion chronique sur ce secteur dévoile des vestiges de différentes époques qu’il faut fouiller avant que la mer ne les emporte. Les découvertes géologiques et anthropiques témoignent des adaptations des sociétés en fonction des différentes niveaux de la mer.

Juin 2022

J’ai rejoint l’équipe ESTRAN (laboratoire EPOC & Ausonius) une nouvelle fois à Soulac-sur-Mer pour suivre deux missions parallèles : finir le chantier du mois de mai sur le puit néolithique et cartographier le sous-sol avec une équipe de géophysique. L’occasion de rencontrer Frédéricque Eynaud, océanographe et géologue qui travaille depuis 2014 à Soulac (et qui m’a soutenu dès le début du projet).