Depuis février 2019, je me suis régulièrement rendue à Rochefort en Charente maritime pour une résidence au long cours avec Aurélien Bambagioni. L’exposition qui en résulte, L’archipel des sentinelles, prend la forme d’une exposition qui se déploie sur les deux sites du Musée national de la Marine de Rochefort. (En attente d’ouverture des lieux culturels depuis le 6 février)

« Piqués au vif par la géographie des alentours où terre et mer ne font qu’un, Anaïs Marion et Aurélien Bambagioni empruntent à la figure de la sentinelle son poste d’observation. Dans leur lecture de ce paysage singulier, ils évoquent des dispositifs qui guettent, qui épient et surveillent, qui gardent et protègent mais aussi qui cartographient et tracent des voies de communication. Les artistes ont posé leur regard sur l’horizon, cette ligne imaginaire qui balise la limite toujours repoussée de ce que l’on peut observer.

À l’École de médecine navale, Anaïs Marion explore l’univers des inventaires. Empruntant des outils à l’ethnographie et à la botanique, ses œuvres questionnent et réinterprètent les liens qui unissent le patrimoine militaire et les éléments naturels. En regard, au musée de la Marine, Aurélien Bambagioni investit la salle des sculptures et joue avec l’architecture atypique du lieu. Il propose ainsi aux visiteurs d’entrer dans le monde des phares et de regarder le littoral depuis « le haut », au plus près de ces lentilles lumineuses qui dominent l’horizon.

De leurs pérégrinations sur l’estuaire, ils ont retenu l’image de l’île, évocation poétique d’un territoire fantasmé, imaginaire, mais aussi naturellement délimité et isolé. Ils ont composé leur exposition comme un archipel, en prenant comme point de départ la ville-port de Rochefort et en tissant des liens entre leurs recherches et les deux lieux d’exposition. Ils invitent les visiteurs à questionner cette frontière liquide en portant leur attention sur les rivages. »

J’y présente cinq nouvelles pièces, co-produites par le Collectif ACTE, à l’Ancienne école de Médecine navale : Moaï Sunset, Opération Géranium, Le pré carré, Quand parut l’aube aux doigts de rose et Le crépuscule des échoués.

En mars 2020, nous devions nous rendre dans la maison phare de l’île de Wrac’h pour poursuivre nos recherches et préparer cette exposition. Malheureusement reportée en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, nous avons organisé une semaine de résidence à distance pour travailler ensemble. Mais nous aurons la chance de nous rendre à Wrac’h au mois d’octobre 2021. À SUIVRE…

Ce projet a été co-réalisé avec le Collectif ACTE, il a reçu le soutien de la DRAC Nouvelle-Aquitaine, de la Communauté d’Agglomération de Rochefort-Océan, du Musée National de la Marine, du Lycée Gilles Jamain, du Service Historique de la Défense de Rochefort, de la Direction interrégionale de la mer Nord Atlantique-Manche Ouest et de l’association Îles et phares du pays des Abers.